Challenge F1

Challenge F1

AccueilAccueil  JeuJeu  Le T'ChatLe T'Chat  S'enregistrerS'enregistrer  FacebookFacebook  TwitterTwitter  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Bilan saison 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gallezian
 
 
avatar

Messages : 3760
Date d'inscription : 03/03/2009
Age : 29
Localisation : entre Lille et Lens

MessageSujet: Bilan saison 2015   Mer 23 Déc - 22:20

Le soufflet est retombé, après la grande finale de championnat, en attendant la présentation des monoplaces d'ici un bon mois et les essais hivernaux, je profite de cette pause (de plus en plus courte) pour dresser un petit bilan du championnat 2015. Bonne lecture et passez de bonnes fêtes de fin d'année santa



Mercedes : Après une année 2014 de tous les records, Mercedes fait encore mieux en 2015 : 16 victoires, 12 doublés et 32 podiums. Seuls les GP de Malaisie, de Hongrie et de Singapour n'ont pas été remportés par la marque à l'Etoile. Bref, Mercedes a dominé la saison, remporté les deux titres en plaçant ses deux pilotes aux deux premières places du classement. Hamilton a construit son 3e titre avec une certaine facilité, dominant Rosberg pendant la plus grande partie de la saison, en course comme en qualification. L'Anglais a remporté 10 victoires sans jamais être inquiété. Auteur d'une solide fin de saison avec 6 poles consécutives et 3 victoires de rang, Rosberg s'est montré un peu trop tendre en première partie de saison pour espérer briguer sa première couronne. En attendant, les deux rivaux de Mercedes se sont rendus coup pour coup et la tension en interne est forte. L'enjeu pour 2016 sera de maintenir le même niveau tout en veillant à ce que la rivalité des deux pilotes ne dégénère pas.



Ferrari : 2015 signe l'année du renouveau pour Ferrari, qui a été la seule équipe à pouvoir ponctuellement rivaliser avec Mercedes : 3 victoires sous la chaleur de Sepang et du Hungaroring, et en profitant d'un faux-pas de Mercedes à Singapour. Des succès signés Vettel. Mal en point en 2014, le quadruple champion du monde s'est très vite adapté à la Scuderia, au point de faire oublier Alonso. De grands changements pour l'écurie italienne, qui rappellent un peu la saison charnière de 1996, quand Schumacher avait rejoint Ferrari. En attendant il faut encore franchir une marche l'an prochain pour pouvoir prétendre battre Mercedes. Sebastian Vettel, 3e du championnat est clairement un atout de choix. En plus de ses trois victoires, l'Allemand est monté à 13 reprises sur le podium. Le bilan est en revanche plus mitigé pour Räikkönen : le Finlandais a été nettement battu par son équipier, ne réalisant que trois podiums et obtenant environ la moitié des points marqués par Vettel. Toutefois Iceman est 4e du classement et réalise une bien meilleure saison qu'en 2014 où il a été inexistant. Néanmoins on en attend mieux d'un ancien champion surtout si Ferrari vise le titre en 2016.



Williams : Pour l'équipe de Grove, finir 3e du championnat deux années de suite c'est très bien après de longues années de disette, mais il restera tout de même le sentiment que l'équipe britannique peut mieux faire. La grande force de Williams ces deux dernières années a été la fiabilité de la voiture alliée à la complémentarité des pilotes. Toutefois Massa et Bottas n'ont pas pu ramener énormément de podiums cette année, tant le trio Hamilton-Rosberg-Vettel a dominé la saison. Quatre podiums au final, et les 5e et 6e places au classement. Les deux hommes auraient pu terminer devant Räikkönen, mais un nombre impressionnant d'erreurs dans les stands et des décisions tactiques parfois hasardeuses ont privé Williams de pas mal de points. Williams compte sur sa bonne base pour améliorer l'an prochain, mais avec un statut d'équipe cliente et un budget plus faible que les rivales directes il sera compliqué de faire beaucoup mieux.



Red Bull : Avec le départ de Vettel et de Newey, 2015 était une année de transition pour Red Bull, et la saison s'est révélée difficile. Moins véloce que sa devancière, la RB11 a en plus été handicapée par un moteur Renault peu puissant et peu fiable. L'équipe a donc été régulièrement pénalisée à cause de changements de moteur. Ricciardo et Kvyat ont été la plupart du temps contraints à faire de la figuration. L'Australien et le Russe ont réalisé un très beau résultat en Hongrie en montant sur le podium, et Ricciardo a pu également terminer 2e à Singapour. Les Red Bull ont animé le GP des Etats-Unis sous la pluie avant de s'effondrer en seconde partie de course. A part ça, aucun fait d'armes à signaler, l'écurie mère s'est même fait régulièrement bousculer par Toro Rosso. Après un temps d'adaptation en début de saison, Kvyat a pris la mesure de Ricciardo en parvenant à faire jeu égal avec l'Australien et le devance au championnat. Mais il faut néanmoins souligner le manque de réussite de Ricciardo qui a rencontré davantage de probèmes techniques que son équipier. Pour 2016, la situation reste compliquée : Red Bull s'est brouillée avec Renault, avant de se rendre compte qu'aucun autre motoriste de souhaiter propulser ses voitures. L'équipe est donc contrainte à rester avec un moteur Renault qui sera rebadgé Tag Heuer. L'écart avec Ferrari et Mercedes est grand et il est difficile d'imaginer Red Bull jouer les premiers rôles. Renouer avec la victoire sera l'objectif probable de Red Bull en 2016.



Force India : Superbe saison de Force India qui rentre pour la première fois dans le top 5 final. Malgré un début de saison poussif, disputé avec une VJM08 ayant peu tourné l'hiver et manquant de développement, Hülkenberg et Pérez sauvent les points quand c'est possible. L'arrivée d'une version B à partir de Silverstone change la donne, Pérez rentre régulièrement dans le top 6 et signe même un podium en Russie. Hülkenberg, un temps boosté par sa victoire au Mans, n'est pas en reste mais l'Allemand abandonne à plusieurs reprises, sur accident notamment. Mais l'expérience des deux hommes, la robustesse de la machine et le puissant moteur Mercedes permettent à l'écurie de distancer Lotus et Toro Rosso au championnat. Pérez réalise sa meilleure saison en F1, en prenant le dessus sur Hülkenberg et en gagnant en régularité. L'Allemand a été bon, mais il a parfois manqué de lucidité et n'a pas été aussi décisif que l'an passé ou lors de son passage chez Sauber. En attendant l'équipe dispose d'un sacré duo. Faire mieux l'an prochain risque d'être compliqué, l'équipe est souvent proche de la zone rouge financièrement. Malgré son savoir faire elle ne peut rivaliser avec les top-teams question budget et développement. Lotus aura l'an prochain le soutien de Renault comme constructeur, et McLaren ne va pas rester éternellement en fond de grille. Force India ne se fixe donc pas d'objectif précis, si ce n'est d'améliorer une base déjà solide.



Lotus : Chez Lotus on a tourné la page d'une année 2014 ratée, pourtant 2015 ne restera pas vraiment dans les annales. Le moteur Mercedes a certainement été l'apport le plus conséquent depuis l'an dernier. Romain Grosjean a tenu l'équipe sur ses épaules, entrant régulièrement dans les points. La saison du Franco-Suisse a atteint son sommet à Spa, où il décroche le podium derrière les Mercedes. Entre ses péripéties habituelles, et des abandons à répétition jusque la fin de la saison européenne, Pastor Maldonado a réalisé des performances décentes. Le Vénézuélien a régulièrement marqué des points à partir de Suzuka, des points qui permettent de faire la différence avec Toro Rosso. La saison a été plombée par les problèmes financiers de l'équipe, avec des monoplaces préparées à la dernière minute et des menaces de saisie du matériel. L'an prochain, Lotus redevient Renault, avec de grands changements en perspective. 2016 sera une année de transition, avec le départ de Grosjean remplacé par Palmer. On peut s'attendre à ce que Renault injecte davantage de budget dans l'écurie, mais pour autant il reste du travail à faire pour rattraper Mercedes.



Toro Rosso : Bonne saison pour Toro Rosso qui a déniché deux jeunes pilotes talentueux. Grâce à une monoplace dotée d'un bon châssis, l'écurie de Faenza a su faire de l'ombre à plusieurs reprises à Red Bull. Toutefois, les moyens plus faibles de Toro Rosso, le moteur poussif et une fiabilité plus qu'aléatoire ont empêché l'équipe italienne de marquer beaucoup plus de points. On se souviendra de Max Verstappen, gamin d'à peine 17 ans comme révélation de la saison : le Néerlandais a impressionné par son agressivité dans les dépassements et son sens de la course. Pratiquement toujours dans les points depuis la Hongrie, il se distingue par deux 4e places en Hongrie et aux USA. Cependant Verstappen a aussi montré une certaine immaturité dans son comportement et s'est mis une partie du paddock à dos. Plus discret et largement victime de soucis mécaniques, Carlos Sainz s'est montré aussi bon. L'Espagnol a été vif en qualification et intelligent dans la gestion de ses courses, particulièrement en début de saison, sans toutefois signer de performance mémorable comme son équipier. Après une année d'expérience dans les pattes, le binôme devrait revenir plus fort en 2016. Toro Rosso sera équipée d'un bloc Ferrari 2015, qui ne devrait pas vraiment constituer un handicap face au Renault.



Sauber : Toujours aux prises avec des difficultés financières, Sauber a connu une saison délicate, notamment en terme de développement, mais a pu effacer le souvenir d'une saison 2014 vierge de points. Malgré un binôme peu expérimenté, l'écurie suisse a su marquer des points quand c'était faisable, avec une monoplace lente mais fiable et bien conçue. Felipe Nasr, taxé de pilote payant, a réalisé une première saison solide, avec comme meilleurs résultats une 5e et 6e place en Australie et en Russie. Le Brésilien a également marqué dans les conditions difficiles, sur les tracés de Monaco et Singapour, ainsi qu'aux USA. Les choses ont été plus compliquées pour Marcus Ericsson, constant mais moins brillant que son équipier. Le Suédois s'est montré plus à l'aise pendant l'été, marquant trois fois consécutivement alors que son équipier était au creux de la vague, mais au final Nasr termine la saison loin devant. En 2016, Sauber fera preuve de stabilité avec un line-up inchangé, mais il faudra davantage de budget pour espérer le team helvétique s'élever dans la hiérachie.



McLaren : Chez McLaren on s'attendait à une saison difficile, mais l'exercice 2015 s'est révélé être une annus horribilis pour Woking. La faute a un moteur Honda dont le manque de puissance n'avait d'équivalent que sa fragilité. Résultat, les McLaren ont passé l'année en fond de grille, et quand elles n'étaient pas au garage elles étaient arrêtées en bord de piste. Button et Alonso ont donc fait ce qu'ils ont pu pour développer autant que possible leur poussive monoplace. Les gris ont arraché les points à plusieurs reprises, dans des conditions dantesques à Silverstone, au Hungaroring et à Austin, ainsi qu'en Russie où Button a profité des abandons et à Monaco. L'Anglais semble avoir mieux tenu le choc qu'un Alonso contrarié d'évoluer si loin des premières places. 2016 sera capitale pour McLaren qui doit impérativement redresser la barre. L'écurie ne peut pas se permettre une seconde saison de la sorte et devra jouer régulièrement les points et ponctuellement le podium. Le temps presse d'autant que le line-up de champions du monde n'est plus de première jeunesse.



Manor : Lâchée par Marussia en fin de saison 2014, la petite structure britannique a survécu sous le nom de Manor en alignant la monoplace de l'an passé. Déjà très lente en 2014, la monoplace n'a pas pu bénéficier d'évolutions ni d'un moteur 2015 plus puissant, et a dû se contenter de la dernière ligne. Les pilotes, Stevens, Merhi puis Rossi ont engrangé de l'expérience en ralliant régulièrement l'arrivée. Difficile de savoir si ces pilotes parviendront à se faire une place dans la discipline. Manor espère progresser l'an prochain, où elle bénéficiera du moteur Mercedes. Toutefois, les têtes pensantes de l'équipe, dont John Booth et Graeme Lowdon ont démissionné suite à un désaccord avec le propriétaire de l'écurie, et tout laisse à penser que 2016 sera encore compliquée. Au moins la survie de l'équipe ne semble plus menacée.




"La valeur de la vie ne peut se mesurer que par le nombre de fois où l'on a éprouvé une passion ou une émotion profonde."
Soichiro Honda
Revenir en haut Aller en bas
ben l historien
 
 
avatar

Messages : 823
Date d'inscription : 21/09/2010
Age : 21
Localisation : Partout et nul par à la fois

MessageSujet: Re: Bilan saison 2015   Ven 25 Déc - 2:30

Un résumé bien sympa, mille mercis Gallezian Smile
Et joyeuses fêtes à toi aussi ! Bonne année



Formule 1, définition: quand l'impossible devient possible
Revenir en haut Aller en bas
dan1664
 
 
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 18/03/2010
Localisation : Toulon , VAR , FRANCE

MessageSujet: Re: Bilan saison 2015   Sam 26 Déc - 6:47

Merci Gallezian pour ce condencer de l'année et bonnes fêtes à toi aussi
Revenir en haut Aller en bas
foxy
 
 


Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2014

MessageSujet: Re: Bilan saison 2015   Sam 16 Jan - 15:27

Merci pour ce résumé de la saison et vive Challenge! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bilan saison 2015   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bilan saison 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Classement Fin de Saison 2015-2016
» Classement - Saison 2015
» Pré-saison 2015
» Bilan saison 2 + Plan saison 3
» Agents libres 2015-2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge F1 :: Hors-Jeu :: La F1 en générale de Gallezian-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit